Libre Édito

Par Fanel Delva

Des chercheurs de pains et de miettes se font passer pour des militants. Ils se vendent à la moindre petite offre. Il ne saurait être autrement, puisqu’ils ont été dépossédés de leur humanité. Ils sont prêts à tout. Ils font tout pour continuer d’exister. Quitte à détruire leurs camarades de lutte.

À l‘instar de « Kòyò » qui n’existe pas sans « Fatal », certains chercheurs de pain n’existent pas sans des militants de conviction (Jusqu’à preuve du contraire). Et c’est normal, puisqu’ils n’ont aucun discours politique convaincant. Ils sont connus pour des « Abolotcho ».

Pour rester vivant, ils sont prêts à tirer même sur une ambulance, considérée comme un véhicule intouchable, même en temps de guerre. En clair, ces chercheurs de pain, leur « Kwi » à la main, s’attaquent à d’autres, jouissant d’une certaine crédibilité. Et quand les attaques sont devenues fades, ils utilisent les sympathies. Et puisqu’après les sympathies il serait indécent de recommencer avec les attaques, il faut changer de stratégie pour exister.

On pourrait nous traiter de cynique, mais quand on est en face de menteurs, il est difficile de les croire. D’autant que s’ils sont connus pour « Vol » par « Ci », par Là. Ces gens, dans ce contexte où ils ne peuvent plus s’attaquer à d’autres, peuvent tout inventer pour rester en vie dans l’actualité.

Quand vous avez toujours été menteur, bluffeur, « Ti Visye souf kout », il est difficile qu’on vous fasse confiance, même quand vous dites la vérité.

Fanel Delva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *