Libre Édito

…Il serait alors inconcevable de croire qu’il existe un haïtien qui ne soit pas en mesure d’observer les bavures du premier citoyen haïtien, Jovenel Moïse impuissant face à ses responsabilités. Un Président qui ne cesse de dénoncer le fonctionnement d’un système dont il est appelé à garantir son bon fonctionnement.

Deux ans(2) et neuf(9) mois au Pouvoir, l’élu du PHTK n’a pas manqué une seconde de pointer du doigt ce système de corruption , élément de blocage du développement d’Haïti (…)

La corruption qui gangrène nos institutions et affaiblit les finances publique ne saurait exister n’était ce les gardiens de ce système, ces derniers qui profitent gracieusement des bienfaits du système au détriment de la classe défavorisée. Et Jovenel se révèlerait un potentiel bénéficiaire de ce système qu’il dénonce.

Soixante neuf (69) fois cité dans le rapport produit par la Cour supérieure des comptes sur la dilapidation des fonds Petrocaribe, le Chef de l’Etat haïtien est loin d’être en odeur de sainteté.

Hormis les accusations en rapport aux fonds du Venezuela en la faveur d’Haiti, les grosses sommes dépensées dans la mise en œuvre du programme présidentiel baptisé (Karavan chanjman), ne rendent pas service à la crédibilité de Jovenel Moïse.

197 millions de gourdes sont dépensées au niveau du département de l’Artibonite, 3 milliard 500 millions de gourdes dans le Sud du pays pour des projets d’infrastructures routières et agricoles. Le résultat aujourd’hui est peu visible par rapport aux promesses faites lors du lancement de ce programme en 2017.

.-Jovenel Moïse serait il le seul bénéficiaire du système ?

…Depuis plus d’un ans des milliers de citoyens haïtiens investissent les rues pour réclamer la démission de Jovenel Moïse qu’ils accusent de metteur et d’incompétent. Les revendications populaires viennent favoriser la résurrection de certains leaders politiques considérés morts jusqu’à ce que soit lancé le mouvement Petrochallenge visant à épingler les principaux complices de la dilapidation des fonds Petrocaribe.

Ces derniers accaparent ce mouvement qui est devenu leur et se dressent en principaux défenseurs de causes des masses défavorisées.

On peut citer Dimitri Vorbe, Reginald Boulos et consorts . Ces derniers jouissant du système depuis des lustres au moyen de juteux contrats, contrepartie après qu’ils aient financés la campagne électorale de certains élus.

D’autre part on a Youry Latortue, Evaliere Bauplan, Nenel Cassy, Joseph Lambert et Antonio Cheramy dit Don kato, respectivement protégés et bénéficiaires de ce système gardé successivement par Jean Bertrand Aristid, Rene Preval de regretter mémoire, Michel Martelly et Jocelerme Privert.

La population apparemment n’a aucun souvenir des méfaits engendrés par ces hommes d’affaires et politiques sur la gestion de la République au profit de leurs poches et de leurs proches.

Aujourd’hui encore plane sur tout le territoire national une crise qui est à la fois humanitaire, politique, économique et sécuritaire. Les protagonistes se querellent pour avoir le contrôle du pays alors que dans la foulée le simple citoyen ne sait à quel saint se vouer pour échapper à cet enfer.

Lionel Louidor

louidorlionel@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *