Haïti/Politique

L‘animal politique parle en fonction de ses expériences avec le président de la république. C’est un Joseph Lambert déçu et frustré. Ce sont toujours ces deux qualificatifs employés pour parler de ceux qui se séparent de Jovenel Moïse.

Dans une interview accordée au journaliste Valéry Numa le 20 Août 2019, Joseph Lambert crache sa frustration. Sans détour, il parle du président de la république en des termes clairs. « Le président ne tient pas parole », confirme l‘élu du Sud‘Est. Il présente un Jovenel Moïse qui est dépourvu de « toute élégance ». Il parle, notamment, au sujet de sa personne pressentie comme premier Ministre. Et cela, à deux reprises.

Joseph Lambert se dit attaqué dans sa personnalité, lui, étant un fils de Paysan. « Si Jovenel Moïse m’avait au moins appelé ou m’envoyé un texte pour me dire qu’il ne pouvait plus me choisir, j’aurais compris », se plaint-il. Autre fait qui dérange Joseph Lambert, c’est le manque de courage de Jovenel Moïse pour lui dire qui de la société civile ne voulait pas de lui. À bien l’écouter, l’animal politique qualifierait subtilement de lâche le chef de l’État.

Le président du sénat de la république est désormais dans l’opposition. Cependant, il n’est pas pour le départ de Jovenel Moïse. Pour l’instant, peut-être. Il se montre plutôt pour une opposition constructive. C’est d’ailleurs une partie de son Tweet, ayant annoncé sa désolidarisation du pouvoir en place.

Si Joseph Lambert dit ne pas vouloir être le premier ministre nommé par Jovenel Moïse, il n’écarte pas la possibilité d’être le PM de Jovenel Moïse, mais il sera imposé par l’opposition, après un large consensus. « Jovenel Moïse m’a craché dessus », rechigne le président du sénat de la république.

Fanel Delva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *