Libre Édito

Par Fanel Delva

S’il y a une chose certaine en Haïti, c’est la mort. Toutes les conditions sont réunies dans ce coin de terre. D’un côté, il y les dirigeants à la tête de l’État. Des bandits légaux. D’un autre, les bandits armés dans des quartiers défavorisés. Ils sont soutenus, alimentés par des officiels, représentant de l’État, et des hommes du secteur privé des affaires.

Les bandits opèrent en toute quiétude. Ils ont le contrôle du territoire. Un travail de génie que le ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales n’arrive même pas à faire. Il n’est pas étonnant qu’ils prennent d’assaut les ruines du Palais National, car ils n’ont vraiment pas de limites. Leurs bornes sont leur volonté.

Les malfrats se multiplient de jour en jour, on dirait les partis politiques à la veille des élections. Ils font des massacres quand ils veulent. Le massacre dans le quartier la Saline, dénoncé par un rapport de l’ONU, le justifie bien. Et celui de carrefour-feuille ? Plus proche de nous, il y a ce fusillade au bas de la ville cette semaine. On aurait déjà dénombré au moins quatre (4) morts et plusieurs blessés.

Personne n’est en sécurité en Haïti. Pas même les policiers chargé de protéger et Servir. D’ailleurs, des bandits pénètrent dans l’enceinte de commissariats pour atteindre leurs cibles, des policiers. Ces derniers crient leur impuissance face aux assauts des bandits. Même si, en réalité, il y a toujours assez d’effectifs et de matériels, quand il faut disperser les manifestations de l’opposition et des Petrochallengers. Ces protestataires qui n’exigent que le départ de Jovenel Moïse, indexé dans le rapport de la cour des comptes sur la dilapidation des Fonds PetroCaribe.

En clair, la vie est banalisée en Haït depuis un certain temps. Les citoyens sont donc destinés à la tombe. Ou peut-être, au repas de cochons, sur des piles de détritus. Ceux qui fuient le Pays dans des embarcations de fortune, finissent comme des appâts aux requins en pleine mer.

Fanel Delva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *