Crédit Photo: Google

La rentrée judiciaire est effective. Mais… sur papier. Juste un mémorandum signé par le président de la cour de cassation, René Sylvestre, suffit.  Pas de discours officiel dans les locaux de la cour de cassation, pas de réunion entre les trois pouvoirs, comme à l’accoutumée. Et pour cause : l’opposition démocratique impose ses lois avec l’opération » Poze sele sou biwo Leta ». Elle définit même les périmètres d’accès du chef de l’État, avec tout son arsenal militaire.

Les opposants au régime en place ne sont pas à leur coup d’essai. On se le rappelle, il y a tantôt un an, Jean Charles Moïse avait interdit à Jovenel Moïse de commémorer la bataille de Vertières le 18 Novembre 2018 au Cap-Haïtien. Le bombardier du Nord, comme on le surnomme, avait même hissé un drapeau rouge et noir sur le site de Vertières. C’était la première grande victoire de l’opposition, contrôlée à cette époque par Jean Charles Moïse.

La deuxième grande victoire remonte à deux semaines. Jovenel Moïse, recherché par le secteur démocratique de l’opposition et des membres de la population, était forcé de se cacher. Il était obligé de présider un conseil des ministres par téléphone. Et la toute dernière grande victoire est obtenue ce Lundi 7 Octobre 2019. L’opposition projetait de rencontrer Jovenel Moïse, à l’ouverture de la nouvelle année judiciaire 2019-2020. Et les membres du parlement, et les membres du pouvoir judiciaire et l’exécutif sont contraints de ne pas y mettre les pieds. C’est donc un constat d’échec de l’autorité de l’État. Ce qui veut dire que le Pays est livré aux mains de l’opposition, qui s’apprête à installer un président de transition. D’ailleurs, une commission de passation de pouvoir est déjà constituée.

En clair, Jovenel Moïse n’a plus le contrôle du territoire national, à travers le ministère de l’intérieur, qui devait assumer ses responsabilités. Jovenel Moïse n’est  donc plus le président de la république, selon ses opposants.

Fanel Delva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *