Crédit Photo: Facebook

Une foule imminence est descendue dans les rues de la capitale ce Mardi, à l’appel des religieux catholiques. Prêtres et fidèles, supportés par des militants, pressent Jovenel Moïse de rendre son tablier. « Il faut quelque chose change ici », lit-on sur un banderole porté par des prêtres

Les protestataires parcourent plusieurs rues de Port-au-Prince, avant d’aboutir à la cathédrale provisoire de la capitale. L’enceinte de l’église se transforme en un véritable champs de protestation. Des fidèles et militants scandent : « Démission, Démission ! ».

Dans son homélie, monseigneur Max Leroy Mésidor dénonce des dizaines de morts, depuis le déclanchement des protestations. Le prêtre veut que le Pays ne compte pas un mort de plus. Max Leroy Mésidor sympathise avec les étudiants en grève de la faim dans les locaux de la faculté de droit et des sciences économiques. Il les appelle à la résistance.

Des informations font croire que les prêtres subissaient de grosses pressions, afin d’annuler la manifestation. Ce qui serait, selon plus d’un, des manœuvres d’une frange de l’église catholique et d’autres secteurs qui soutient encore Jovenel Moïse, en dépit de tout.

Plusieurs villes du Pays sont en ébullition ce Mardi. À Jacmel et Jérémie, notamment, la population continue d’exiger le départ du président de la république. D’autres manifestations sont prévues pour cette semaine, à l’initiative de différents secteurs de la vie nationale.

Fanel Delva

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *