Haïti/Politique

« Mèt Fèy Vèt » avait refusé d’être un commissaire de Jovenel Moïse !

Le président de la république était et est décrié depuis la sortie du rapport de l’UCREF. Un document qui l’implique dans des blanchiments d’argent. Et voilà qu’il devait organiser les États Généraux de la Nation. Jovenel Moïse devait choisir des gens qui font l’unanimité. Et Harry Nicolas, dit « Mèt Fèy Vèt », jouissait d’une crédibilité hors du commun. Après l’exploit « Kita Nago », c’aurait été un excellent choix. Ainsi, le chef de la Nation, pour organiser ces États Généraux, devait-il former un comité. Et il avait fait choix de « Mèt Fèy Vèt » pour être l’un de ses commissaires. Une correspondance en date du 1er Février 2018 a été adressée au concerné. Et le 5 Février 2018, la réponse négative de « Mèt Fèy Vèt » a été aussi envoyée au cabinet de la présidence à 5h45 et 14 secondes via e-mail. De fait, Harry Nicolas n’avait pas fait partie de ce comité, une fois formé. « Mèt Fèt Vèt » ne payerait-il pas le prix du refus de travailler pour Jovenel Moïse, avec l’incendie du bois « Kita Nago » ? Le pays, sera-t-il libéré, étant donné que le bois est incendié ? Le Pays, fonctionnait-il moralement, avant l’événement « Kita Nago » ?

En Haïti, on a toujours peur d’un rassembleur. D’un homme qui peut réunir la grande foule. On a toujours peur des hommes à virginité politique. On craint toujours que ces hommes entrent dans la politique. D’ailleurs, ce système est remis en question par les Petrochallengers, qui demandent des comptes sur la dilapidation des 4 milliards de dollars des fonds Petrocaribe.

Ensuite, il y a toujours cette sensation de peur d’être détrôné dans le royaume de la corruption. Il y a toujours la peur du changement qui ronge les corrompus. Mais, on oublie toujours que toute initiative réunissant une grande foule et de personnalités de toutes les couches de la nation n’a pas forcément une idée politique cachée. Cependant, rien ne dit que « Mèt Fèy Vèt » n’a pas des idées politiques cachées, même s’il le dément toujours. D’ailleurs, c’aurait été son droit.

Les faits existent. Ils peuvent aider à se faire une idée de ce qui se passe dans ce Pays. Une république avec un système qui détruit hommes et femmes qui cherchent à se démarquer du lot. Dans cette foulée de femmes et d’hommes corrompus à visage caché ou dévoilé, il est difficile d’extraire l’ivraie du bon grain. On a souvent besoin du bon grain pour crédibiliser les bêtises de l’ivraie. Tout comme le bon grain peut-être l’ivraie déguisée.

Le président Jovenel Moïse avait besoin d’alliés crédibles

Jovenel Moïse est un président légal, mais qui ne jouit de la légitimité populaire. De plus, il n’était pas crédible même pendant son ascension au pouvoir. Il avait été indexé dans le blanchiment des avoirs. Donc, crédibiliser ce qu’il allait poser comme acte, exigeait des hommes crédibles. Ce sont ceux-là qui jouissent d’une bonne réputation sociale. Un travail qui s’annonçait ardu pour Jovenel Moïse.

Après le bois, serait-ce Mèt Fèy Vèt la prochaine cible ?

« Kita Nago » est incendié. Ce fameux bois de 500 Kg était tenu pour responsable du blocage d’Haïti, selon plus d’un. De plus, on avait associé le bois au maintien au pouvoir de Michel Joseph Martelly, et aujourd’hui à celui de Jovenel Moïse. Et même certains journalistes s’accordent à rependre cette idée. Le journaliste Mackenson Rémy de Radio Télévision Caraïbes FM était de ceux qui répandait cette idée. Il intervenait sur une station de Radio aux États-Unis en 2014, en faisant croire que le bois était au Palais National pour une cérémonie de vodou pour le maintien au pouvoir de Jovenel Moïse. Pourtant, au cours de la même période, « Kita Nago » était à Ouanaminthe, cette ville Frontalière. Quand on avait contacté Mackenson Rémy, il nous avait confié qu’il s’agissait d’une information reçue. Et sans la vérifier, il l’avait balancée à l’antenne de cette station de Radio émettant depuis les États-Unis.

Le bois n’est plus. Mais, celui qui avait l’idée est encore vivant. S’il était l’initiateur du mouvement « Kita Nago », qui serait responsable du mal du Pays, comme on le dit, il est évident que cette force mystique soit en « Mèt Fèy Vèt ». Donc, le problème n’est pas encore résolu. Rien ne dit que « Mèt Fèy Vèt » ne pourrait être brutalement attaqué.

« Kita Nago » est pris comme l’excuse presque parfaite de l’échec cuisant de Jovenel Moïse. Pour les plus crédules, en tout cas. Mais, brûler le bois peut être une diversion pour faire gagner quelques semaines d’essoufflement à Jovenel Moïse, face à la mobilisation exigeant son départ. De plus, Jovenel Moïse tente de faire appel à l’organisation des Etats américains (OEA) pour un audit sur la gestion des fonds Petrocaribe. Encore une diversion pour casser la mobilisation exigeant son départ du pouvoir.

En substance, au regard du refus de « Mèt fèy vèt de collaborer avec le pouvoir en place, de l’incendie du bois « Kita Nago » très récemment et face aux perceptions que plus d’un ont forgé de ce symbolisme ne sommes-nous pas dans une situation où Monsieur Harry Nicolas pourrait être pris pour cible par les sbires du pouvoir ?

Fanel Delva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *