Haïti/insécurité

Le paradoxe de l’incident est qu’au moment où les bandits de “Tibwa” ont ouvert le feu sur ce groupe de journalistes en mission dans le cadre d’un reportage spécial dans la zone, n’était ce l’intervention des groupes armés de Grand-Ravine, les confrères auraient laissé leurs peaux.

Merci 06 mai 2020((journalistelibre.com)).- Mona Jean, journaliste d’une agence de presse en ligne a essuyé d’une balle au pied a fait savoir un autre confrère sur place.

Environ une dizaine de journalistes issus de plusieurs agences de presse en ligne ont été réalisés un grand reportage à Tibwa, l’idée était d’avoir l’opinion des habitants sur le phénomène d’insécurité qui prévaut dans ce quartier réputé zone rouge de Port-au-Prince.

Abrités pendant plus de deux heures dans une maison, les intéressés ont pu s’échapper après que les “bandits sauveurs” eurent résolu de cesser les échanges avec ceux de Tibwa, mécontents de la présence des journalistes dans la zone.

Pour l’instant la journaliste Mona Jean est hors de danger selon le témoignage de ses confrères.

Lionel Louidor

louidorlionel@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *